PRADEL !

Merci Professeur !

Nous avons dans la vie certains repères, sortes de phares qui nous guident dans la noirceur des incertitudes de la vie et « PRADEL », (Monsieur le Professeur PRADEL), en était, pour moi, l’un d’eux. Je m’en rends compte avec son décès.

Pour ceux qui l’ignore, Monsieur Jean PRADEL était Professeur de Droit et a donc disparu le 12 juillet dernier. Référence en matière de Droit pénal, il a écrit de nombreux ouvrages dont tout étudiant s’accordera sur le caractère hideux des couvertures : une sorte de Tetris fluo façon années soviétiques.

Je n’étais pas un bon élève à la faculté dans les premières années et le Droit pénal, qui m’avait attiré un temps comme les émissions criminelles attirent la ménagère en manque de sensations le samedi soir, me repoussait finalement. Il m’en faudra en effet peu pour m’en dégouter, je croyais définitivement : un professeur inintéressant et une mauvaise note et me voilà boudant la matière, me promettant d’être civiliste à jamais !

Et puis il y a les hasards de la vie qui, pour citer un ami, « est plus intelligente que toi » ! Le Barreau en poche, je deviens Premier Secrétaire de cette belle institution qu’est la Conférence du Stage. Bref, à peine un an de barre et me voilà en plein dans la défense pénale d’urgence avec comme première marche, mes premières assises ! Il a alors fallu apprendre, apprendre vite, et cette fois comprendre… car dans la vraie vie des professionnels du droit, les Juridictions ne donnent pas de bonne note parce qu’on a appris par cœur. J’ai alors fait la rencontre, sous cette quatrième de couverture verdâtre, de Jean PRADEL ! Après quelques réticences dignes d’un réflexe pavlovien après un marquage au fer rouge, je découvrais enfin quelqu’un qui me racontait le Droit pénal, qui me l’illustrait, qui me l’expliquait, bref qui me le traduisait, mieux encore, qui me le partageait ! N’est-ce pas finalement cela la pédagogie ? Je me réconciliais ainsi avec la matière et quelques années plus tard mon Cabinet s’y spécialisera avec quelques succès que le secret professionnel m’empêche d’étaler et c’est fort bien !

Comme dirait le scribe d’Astérix, il y a dans la vie des rencontres … ! Je n’ai jamais rencontré personnellement Monsieur PRADEL, mais grâce à lui j’ai rencontré le Droit pénal. Un grand merci à lui !

Aux étudiants, soyez curieux et passionnés, lisez et ne vous découragez jamais !