Du string « pass agression » à la condamnation !

Il faut bien souvent beaucoup de courage pour une victime d’agression sexuelle et jeune, de surcroit, pour se présenter à un avocat, lui raconter son histoire, son agression, les effets de celle-ci sur sa vie, parfois intime, et accepter le risque d’une Justice qui peut briser autant les victimes que les prévenus.

Cette jeune fille a réussi à passer ce cap et nous avait saisis non sans avoir à combattre quelques terreurs bien visibles.

Le contexte des faits, une alcoolisation massive (dont il faut redire ici les conséquences catastrophiques), faisait que son adversaire avait un axe de défense tout prêt en la présentant comme « une fausse victime »….

Il est vrai que nous, les avocats mais aussi les magistrats, nous voyons toutes sortes de victimes et certaines, il faut le dire, le sont plus que d’autres. Ici, la question ne se posait même pas ! Les faits ne souffraient d’aucun doute et le trouble que subissait notre cliente ne pouvait que convaincre qu’elle avait subi une réelle agression.

L’audience aura pourtant été épuisante pour cette jeune fille. Non seulement son adversaire ne reconnaitra pas l’infraction, mais surtout, je le crois, elle aura eu à entendre des choses, parfois justes et simplement difficiles à écouter, mais aussi parfois purement cruelles voire totalement déplacées sur son « acceptation », son comportement, sa tenue… Ça aussi, il faut le dire, ces discours n’ont pas encore disparu en France en 2021 y compris dans les salles d’audience !

Le Cabinet l’a bien sûr épaulée tout au long de la procédure juridiquement et humainement et finalement obtient la condamnation de son agresseur ! Cette jeune fille est reconnue par la Justice comme une victime. C’est important pour les victimes car cela permet d’avancer et cela rassure sur la prise en compte par notre Société de ces comportements sexuellement non consentis, souvent banalisés.

Il aura fallu à cette jeune fille finalement un grand courage, courage que nous saluons. C’est une victoire pour elle, pour le Cabinet et aussi pour la Justice !